L’Histoire

La reconnaissance à travers les siècles a fait notre renommée

massif-saint-thierryC’est ici, et nulle part ailleurs dans le monde, que les terres argilo-sablonneuses du massif de Saint-Thierry permettent de créer un breuvage exceptionnel : le Champagne Charles Heston.

Ce vignoble fabuleux de 115 ha, est exploité par plus de 100 vignerons et réparti sur 7 terroirs typiquement Champenois : Pouillon, Villers-Franqueux, Thil, Saint-Thierry, Merfy, Brimont et Hermonville…

Notre région, riche en histoire, ne manque pas d’attraits touristiques et gastronomiques.

Et pour preuve, des recherches archéologiques ont confirmé l’existence de vignoble à l’époque Gallo-Romaine. On ne sait dater exactement la première implantation de vignes mais on connaît bien son développement puisqu’au XIIIe siècle, la culture de la vigne est régie par la communauté des moines de Saint-Thierry.

De nombreux lieux-dits témoignent la présence très ancienne de vignes : les Hurcoteaux, les Hautes queues, les grandes vignes…

Un parchemin de l’an 856, rédigé par Pardulus, évêque de Laon, vante les mérites des vins de notre région à l’archevêque Hincmar de Reims.

Notre situation géographique, à proximité des grandes villes de consommation tels que Reims, Paris et les Flandres, a su faire sa réputation et ont permis la prospérité de notre vignoble durant des siècles.

C’est aussi la prospérité du XIIe siècle qui a accéléré la plantation de vignes sur notre secteur. Alors que l’on ne parlait pas de la « Champagne » comme région générale viticole, les vins de la montagne de St Thierry étaient connus et répertoriés dans les textes de l’époque. C’est dans cette région, que le vignoble champenois atteint ainsi sa plus forte densité.

En 1384, l’encépagement de nos coteaux  est tel que l’abbaye possédait alors 9 pressoirs.

Entre 1180 et 1223, le bourg d’Hermonville, qui a compté jusqu’à 4000 habitants au XIVe siècle, possède ses propres courtiers.

Les cépages

grappes-de-raisinsAvant le 16e siècle, on cite principalement deux cépages : le « Gouais ou Gouet », cépage commun, apprécié pour sa résistance à la gelée et sa bonne production, vinifié exclusivement en rouge et de qualité assez moyenne.

Le « Fromenteau », cépage de meilleure qualité. Quoique lui aussi raisin noir, très apte à produire d’excellents vins blancs.
Le « Morillon » était un cépage peu répandu et peu apprécié.
Les Pinots noirs et blancs, le Chardonnay, ce dernier d’abord assez controversé, apparaissent au 18e siècle.
De nos jours, nous vinifions principalement le pinot meunier, le chardonnay et le pinot noir.

Aujourd’hui, la qualité et le soin apportés à nos raisins, sont sans doute la raison pour laquelle, les grands noms du Champagne viennent s’approvisionner chaque année pour élaborer les cuvées des plus grandes marques.